A l’occasion des fêtes de Sainte Marguerite-Marie, religieuse de l’Ordre de la Visitation, une quarantaine de Normands des paroisses du Pays de Bray et de la région rouennaise viennent de passer trois jours à Paray-le-Monial. Trois journées riches en :

  • Offices: Vêpres, Messes
  • Temps de prières et de louanges: chapelet, procession aux flambeaux
  • Enseignements avec le Père Benoît Guédas, Recteur des Sanctuaires et le Père Jean-Rodolphe Kars, un musicien, compositeur, qui, à un moment de sa vie, a fait la connaissance du Seigneur, s’est fait baptiser, est devenu prêtre
  • Temps de partage
  • Visites: la basilique ; la chapelle de la Visitation où repose le corps de Sainte Marguerite-Marie ; la chapelle Saint Claude La Colombière : une invitation à découvrir, avec Jésus, ses très beaux vitraux et chapiteaux ; le musée du Hiéron dont la naissance et l’identité se fondent avec l’histoire de la ville de Paray-le-Monial …où débute un pèlerinage en 1865, date de la béatification de la Visitandine Marguerite-Marie Des rencontres ouvertes à tous et un programme laissé à l’initiative des participants.

Les pèlerins ont surtout appris à connaître un peu mieux Sainte Marguerite-Marie (1647-1690), une religieuse de l’ordre de la Visitation Sainte-Marie de Paray-le-Monial. De 1673 à 1675, le Christ lui apparaît plusieurs fois et lui dévoile son Cœur « passionné d’amour pour les hommes ». Dans ce siècle marqué par le jansénisme, le Christ manifeste la miséricorde et la tendresse du Cœur de Dieu, particulièrement données dans l’Eucharistie. La Miséricorde, une révélation particulièrement ajustée aux exigences actuelles d’une évangélisation renouvelée, comme le déclare le Père Martin Pradère. Il ne s’agit pas seulement de contempler la Miséricorde du Père dans les plaies du Christ, mais d’en faire l’expérience pour en devenir les témoins auprès des hommes d’aujourd’hui…

Un grand merci à Sœur Bozena qui a pris l’initiative d’organiser ce pèlerinage et a permis à ses participants de connaître un peu mieux Sainte Marguerite-Marie Alacoque, grande messagère de l’Amour du Sacré-Cœur de Jésus : « Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes et pour toi en particulier » Merci également au chauffeur et à l’Agence de voyage. A l’aller, le car a fait une halte au Sanctuaire Sainte Bernadette à Nevers. Bernadette Soubirous habitait ce lieu. Aujourd’hui, son corps y repose, intact.


Merci infiniment à Toi Jésus et Sainte Marguerite-Marie pour ce trésor immense, qui nous est donné. J’ai beaucoup aimé les louanges et j’espère revenir en session à Paray- le-Monial.

Ce pèlerinage était pour moi comme une retraite, un temps de prière. J’ai aimé les chants d’Emmanuel, la gaité et la joie

Venir à Paray-le-Monial a été une grande grâce. Jésus m’a montré à quel point Il me voulait calquer sur son Cœur d’Amour. Comme Marguerite-Marie Il me désigne comme instrument pour faire connaitre au monde ce Cœur qui a tant aimé l’humanité

C’est mon premier pèlerinage. Je l’ai vécu dans la joie, la sérénité et oublie de soi. Avec un esprit et un cœur tout ouvert à Jésus. Un regret : celui de ne pas avoir tout vu. Une satisfaction : une messe à pleurer de bonheur et de fierté d’être chrétienne

Beau pèlerinage pendant lequel j’ai beaucoup reçu, plus que j’y attendais, Le Seigneur m’attendait pour me combler de grâces, de bénédiction, mais aussi pour m’enseigner (enseignement très riche), pour me pardonner mes fautes. J’ai reçu le message de Paray-le-Monial et toutes les paroles de Jésus à Sainte Marguerite-Marie. J’aime Jésus et je Lui ai donné mon cœur pour qu’Il le renouvelle et j’ai reçu sa paix et sa joie et je L’ai adoré avec amour

J’ai vécu ce pèlerinage avec beaucoup d’émotion, comme un don, une source bien puissante, une réception de grâces infinis. Avec un grand apaisement, aussi

Share