Intronisation du Sacré-Cœur: interview

Home » Actualités 3

Déc 12, 2022 | Actualités 3

Quelle place dans la vie d’un chrétien la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus devrait-elle prendre? Comment faire régner l’amour du Christ au quotidien ? En quoi consiste l’idée de l’Intronisation du Sacré-Cœur de Jésus… et en quoi pourrait-elle changer la vie ?

Le Père Gwénaël Queffelec, prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, répond à ces questions et à quelques autres.

Vous êtes prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, depuis quelques temps vous résidez à Paray-le-Monial, Cité du Sacré-Cœur, en tant que chapelain chargé de propager le culte du Cœur de Jésus. Quelle place dans votre quotidien prend la dévotion au Sacré-Cœur ?

 

Depuis 2 ans que l’on m’a nommé chapelain à Paray le Monial, je redécouvre complètement cette dévotion !
Qui n’est pas facultative, mais qui est bien « la synthèse de la religion catholique » (Pape Pie XII en 1956).
Le but c’est de toujours mieux accueillir l’Amour de Jésus et de le rayonner.
Jésus dit à Sainte Marguerite-Marie lors de la 1ère grande apparition, jour de la fête de l’apôtre St Jean :
« Mon cœur est si passionné d’amour pour les hommes et pour toi en particulier, que ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’Il les répande par ton moyen! ».

Et Jésus propose des moyens très simples : porter une image de son Cœur sur son cœur ! C’est ce que je fais !
J’en ai toujours une ou deux en plus pour les donner à qui l’Esprit Saint me l’indiquera !

À Paray, Jésus nous montre que son Sacré-Cœur, c’est l’Eucharistie ! Il apparaît soit devant le tabernacle (1ère grande apparition dans la Chapelle) soit devant le St Sacrement exposé (2ème et 3ème grandes apparitions) :
« J’ai soif, mais d’une soif si ardente d’être aimé des hommes au Saint
Sacrement que cette soif me consume… ».
Cela nous rappelle l’Évangile, quand Jésus fait cette demande étonnante à une femme « pécheresse et schismatique » (la Samaritaine) : « Donne-moi à boire » (Jean 3) et une des 7 dernières paroles du Christ en Croix : « J’ai soif » (Jean 19).

Une autre dimension du Sacré-Cœur, c’est la demande de Jésus « de réparer » les ingratitudes et irrévérences
qui lui sont faites dans le sacrement de l’Eucharistie….
Mais cela demande plus de temps pour expliquer cette démarche dans laquelle le Sauveur veut nous faire vivre.

Nous venons de fêter le Christ Roi. Il me semble intéressant et même important, pour que cette Fête ne se limite pas à l’une des fêtes de l’année liturgique, de vivre ce jour en la lumière du Cœur de Jésus ? Qu’en pensez-vous ?

C’est vrai pour toutes les fêtes ! Quand nous fêtons Pâques, c’est pour célébrer tous les jours et particulièrement tous les dimanches la Résurrection du Christ ! Idem pour la fête de la Miséricorde et pour la fête du Sacré-Cœur et du Christ Roi ! C’est chaque jour et même à chaque instant que l’Amour du Cœur doux et humble de Jésus doit régner en nos cœurs grâce à l’Esprit Saint, et par et en Marie !

L’idée de l’Intronisation du Sacré-Cœur, d’où découle-t-elle et quel est son but ?

Elle vient d’abord d’une demande très concrète de Jésus à Ste Marguerite-Marie. Lors de la première apparition (27 décembre 1673) et à la fin de la vie de Ste Marguerite-Marie en 1689, Jésus dit que là où son image avec son Cœur de chair serait honorée dans la maison : Il bénirait la maison ! la famille !

Ste Marguerite-Marie -après la 1ère grande apparition- a fait un dessin du Sacré-Cœur. Et les sœurs novices pour son anniversaire lui ont fait le cadeau de vénérer cette image. C’est le père Matéo CRAWLEY (+1960) qui – après le souhait du Saint Pape Pie X et de ses successeurs- a diffusé largement l’intronisation du Sacré Cœur dans les maisons.

Le but est de nous rappeler que les 30 premières années de Jésus ont été cachées à Nazareth, dans une vie toute simple, sans « extraordinaire » : dans l’extraordinaire simplicité de Dieu dans notre ordinaire. Jésus est l’Emmanuel, « Dieu avec nous » dans notre Nazareth de nos villes modernes ou dans nos villages. Puis pendant ses 3 années de mission, Jésus s’est souvent laissé inviter dans des maisons : chez Simon-Pierre, le publicain Matthieu chez Marthe et Marie etc.

Jésus qui connaît nos psychologies. Comme nous mettons un tableau que nous aimons ou bien des photos de personnes de notre famille pour rendre grâce, y penser (et je l’espère prier pour elles), Jésus sait que si une image de son Cœur est au centre de la maison, et qu’elle est honorée, cela montre notre désir de mettre l’Amour de Jésus source et soutien de notre vie familiale.

Le but c’est de mettre l’Amour du Christ en premier, au centre de notre foyer. Adorer Dieu, Aimer son Cœur, pour recevoir son Amour et le rayonner entre nous : « Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres » (Jean 15)

Est-ce que l’intronisation du Cœur de Jésus ne concerne que les familles ? Est-ce que les personnes vivant seules peuvent, elles aussi, accueillir Jésus chez elles ?

Jésus vient pour tous ! Particulièrement pour les personnes « pauvres » spirituellement, et aussi bien sûr, matériellement. J’ai déjà fait des intronisations chez des personnes célibataires, homme et femme.
Mais elles invitent des personnes de leur entourage, famille, voisins, etc.

Une personne « seule » n’a pas à s’isoler. Elle a trouvé sa fécondité dans la construction de ses relations
de tous les jours.

Mon Père, imaginons que la décision est prise : introniser le Cœur de Jésus chez soi, mais comment le faire ?

C’est très simple ! « Aime et fais ce que tu veux ! ». Il n’a pas de liturgie précise. Le Père Matéo en a fait
une que nous avons reprise dans le livret ci-joint. Mais libre à vous de l’adapter.
L’essentiel, c’est d’accueillir avec joie le Cœur de Jésus et de le mettre au centre de la maison.
Cela peut-être à l’entrée ou dans le salon. Il doit être visible : pas tout petit en haut d’une étagère !
Cette image ou statue peut être bénie soit par le prêtre ou le diacre à la fin d’une Messe.
Si le prêtre ou le diacre peut être là le jour de l’intronisation, c’est encore mieux !

Il est bon de choisir un texte de la Bible où Jésus entre ou s’invite dans une maison.
Comme à Zachée Jésus lui dit : « Aujourd’hui Il faut que j’aille demeurer chez toi » !

Comment s’y préparer. A qui s’adresse-t-on ?

Il est bon de s’y préparer en faisant une neuvaine. De participer à l’Eucharistie le jour même ou le lendemain.
De recevoir aussi le Sacrement du Pardon. Quand on reçoit solennellement un invité de marque et encore plus Jésus, il faut que nos pièces et encore plus notre cœur soient le plus « propres » possible !

Si le curé de la paroisse peut venir c’est l’idéal. Mais sûrement il n’est pas au courant de cette proposition.
A vous de lui expliquer et de lui donner ces documents. Sinon faite le par vous-même.
Adapter le déroulement ci-joint. Il serait idéal qu’une petite équipe déléguée par le curé de la paroisse
puisse se proposer à aller chez les gens pour vivre cette intronisation.

Et après ? Comment vivre ce choix du Christ – Roi au quotidien ? Est-ce que le seul acte d’intronisation suffit pour établir le règne du Cœur de Jésus dans la famille, au foyer ?

C’est un début ! C’est un engagement ! Rien n’est acquis pour toujours ! Seule la fidélité de l’Amour du Christ
est un acquis ! Nous, nous sommes faibles et nous avons besoin de rechoisir chaque jour l’Amour du Christ : « Donne-nous, notre pain quotidien ». Chaque jour, matin et soir, prier devant le Sacré-Cœur pour le louer
et recevoir de cette « source inépuisable ». Comme dit Jésus à Ste Catherine de Sienne :
« Fais-toi capacité et je me ferai torrent »
.

C’est-à-dire que l’intronisation du Sacré-Cœur a un sens plus large et elle ne se limite pas à un « chez soi » ? Comme si elle était l’invitation à aller plus loin….

Oui, c’est la continuation de la consécration personnelle et familiale que l’on a fait au Sacré-Cœur de Jésus.
C’est un engagement à communier le plus souvent possible lors des messes de semaine.
D’aller à la messe le 1er Vendredi de chaque mois en réparation des offenses faites à son Cœur.
D’adorer le St Sacrement – si possible – une heure dans la semaine. De prier le jeudi soir, l’Heure Sainte.
De s’engager à la garde d’Honneur… De visiter les malades, de vivre des œuvres corporelles et spirituelles
de la Miséricorde (cf. Matthieu 25,34-40).

Merci beaucoup, Père!

Merci.