Le dimanche 28 août 2016, notre petite communauté de Neuf-Marché avec des paroissiens de Gournay-lès-Lyons et des amis a rendu grâce pour la béatification de Mère Klara Szczesna (27 septembre 2015) et pour la profession perpétuelle de sr Marie Kasprzak (2 août 2016), qui a passé parmi nous sa dernière année de préparation – à Neuf-Marché.
On a commencé par la Messe dans la belle collégiale des XI-XII siècles de Neuf-Marché célébrée par trois prêtres – notre curé le Père Gérard Meybeck, père Jean-Pierre Muondo-Tsanga de Cameroun et père Philippe-Marie Mossu de la Communauté Saint Jean proche de Troussures. Lors de la procession d’entrée notre Mère Provinciale Antoinette portait  la relique de la Bienheureuse et l’a déposée sous le tableau. L’église s’est remplie de beaux chants, de la fumée d’encens et de la prière. Au pied de l’autel, avec le pain et le vin, nous avons apporté un bouquet de fleurs symbolisant tous les biens que Dieu nous accorde, ainsi qu’une bougie – le signe du désir d’annoncer le Christ – son amour – aux autres, surtout à ceux qui doutent, qui n’ont plus d’espoir.
A la fin de la Messe, sr Marie-Christine, en remerciant, a invité tout le monde au repas partagé dans la Salle des Fêtes et on a terminé avec les litanies à la bienheureuse Mère Klara lues au nom de tous par sr Marie. Ensuite, cette dernière attendait les invités à l’entrée de l’église pour distribuer les images de la bienheureuse Mère Klara et de sa profession perpétuelle.
La suite avait lieu dans la Salle des Fêtes de Neuf-Marché. Dans une ambiance d’amitié on a eu l’occasion non seulement de bien manger, mais tout d’abord de se parler, de faire plus ample connaissance. Nous avons présenté à nos chers amis un film sur la bienheureuse Mère Klara et sr Marie avait préparé un diaporama montrant les préparatifs et les phases clés de la cérémonie de ses vœux à Cracovie. Nous avons fini avec les Vêpres à la collégiale présidées par le père Jean-Baptiste Baranger d’Aumale.
Le dimanche 28 août est passé, mais son souvenir reste non seulement dans notre mémoire, mais surtout dans nos cœurs.